Recruter les meilleurs talents en tant que PME

Recruter les meilleurs talents en tant que PME

Avez-vous parfois le sentiment que les grandes entreprises vous «piquent» les meilleurs talents en les attirant avec des restaurants du personnel, des studios de fitness et des carrières internationales? Vous aussi, en tant que PME, vous avez beaucoup à offrir. Voici des conseils pour marquer encore plus de points auprès de vos collaborateurs – et convaincre de nouveaux talents de vous rejoindre.

Vos forces: confiance et responsabilité

En tant que petite ou moyenne entreprise, vous vous adressez à des candidates et candidats qui veulent participer aux décisions et qui apprécient des voies hiérarchiques courtes et plates dans une atmosphère familiale. Une étude actuelle de Zurich Assurance confirme ce que vous saviez probablement depuis longtemps: pour les patrons de PME, le bien-être des collaborateurs figure en tête des priorités. Ils attachent beaucoup d’importance à garantir la constance et la fiabilité. En même temps, les PME sont souvent plus agiles que les grandes entreprises, qui peuvent parfois être rigides.

Mettez volontairement ces points forts en avant – par exemple dans les offres d’emploi ou encore lors des entretiens de présentation. Et exploitez le potentiel de vos collaborateurs, par exemple avec une journée d’innovation ou un atelier stratégique. De telles manifestations vous permettront de développer les connaissances tout en motivant votre équipe.

Modèles de travail: restez flexibles

Beaucoup de PME offrent d’ores et déjà la possibilité de choisir ses horaires de travail. Certaines organisent même du télétravail depuis le domicile ou pendant les déplacements. Il s’agit généralement de permettre à des mères avec de jeunes enfants de poursuivre leur activité professionnelle ou de conserver les jeunes talents de la relève pendant leurs études professionnelles. Mais le travail flexible recèle encore plus d’opportunités: de nombreux pères aimeraient également rester auprès de leurs enfants une journée par semaine. Et pour les employés plus âgés, le travail flexible peut assurer une transition en douceur vers la retraite. Ou inversement, voulez-vous fidéliser encore au-delà de l’âge de la retraite vos spécialistes les plus expérimentés? Peut-être seraient-ils suffisamment en forme et motivés pour venir travailler dans l’entreprise encore deux ou trois jours par semaine. Le travail flexible offre des possibilités quasi infinies: pour vos collaborateurs, mais aussi pour vous en tant qu’employeur. Discutez de manière proactive des options avec vos collaborateurs et mentionnez votre flexibilité dans les offres d’emploi et lors des entretiens de présentation. Beaucoup de salariés n’osent pas encore vraiment exprimer leur souhait de flexibilité. Ils apprécient d’autant plus que vous leur soumettiez des idées. 

Caisse de pension: vous en prendrez bien un peu plus?

Les petites et moyennes entreprises n’offrent souvent dans leur caisse de pension que le minimum légal. C’est sur ce point que vous pouvez vous distinguer de la masse: par exemple, prêtez attention à la rémunération lors du choix de votre institution de prévoyance. Car vos collaborateurs et vous profiterez ainsi de prestations de vieillesse plus élevées. Peut-être pouvez-vous également assurer une part de salaire plus élevée que celle prescrite par la loi ou offrir un avantage à vos collaborateurs en payant volontairement plus de la moitié des cotisations à l’institution de prévoyance. Une autre possibilité est d’assurer des prestations de risque supérieures à la moyenne dans votre modèle de prévoyance. Ainsi, vous veillez à ce que vos collaborateurs soient bien couverts en cas de coup dur. Vous pouvez déclarer les frais supplémentaires comme charges d’exploitation. L’important est que vous le communiquiez clairement aussi à vos collaborateurs et que vous mentionniez clairement les avantages lors des négociations salariales. Une enquête que Zurich a confiée à l’Université d’Oxford le montre: six travailleurs suisses sur dix sont prêts à accepter un salaire moindre contre de bonnes prestations sociales. Pour en savoir plus: www.zurich.ch.

Six travailleurs suisses sur dix sont prêts à accepter un salaire moindre contre de bonnes prestations sociales.

Prestations complémentaires: soyez créatifs

Les grandes entreprises attirent les talents au moyen de prestations extra-salariales complètes. Mais vous aussi, en tant que PME, vous pouvez renforcer la motivation et la fidélité par des actions ciblées: prenez soin de la santé de vos collaborateurs en prenant à votre charge un forfait au studio de fitness voisin ou en allant une fois par mois faire un parcours Vita avec toute l’équipe. Au lieu d’une cantine, vous pouvez négocier des prix préférentiels avec les restaurants des environs, faire livrer une fois par semaine des fruits frais ou investir dans une machine à café de très bonne qualité. Et peut-être votre concessionnaire automobile est-il également prêt à faire bénéficier vos collaborateurs aussi du rabais de flotte. En ce qui concerne la formation continue, vous pouvez également faire bien plus que vous ne le pensez peut-être: invitez des collègues et amis de votre branche d’autres régions à un échange. Visitez ensemble une entreprise qui n’a rien à voir avec votre branche – et peut-être vous inspirera-t-elle justement pour cette raison. Ou allez régulièrement déjeuner avec l’équipe et approfondissez ainsi une langue étrangère. Ce sont de petites actions qui renforcent la cohésion et augmentent le plaisir de travailler. En effet, la meilleure équipe est une équipe heureuse.

Plus d'articles

Réussir dans le travail flexible

Cinq conseils pour transformer le travail flexible en avantage pour les collaborateurs et les entreprises.

La Fondation institution supplétive LPP – une remarquable performance

Avec plus d’un million de comptes de libre passage, la Fondation institution supplétive LPP gère la moitié des comptes de libre passage de Suisse.

Passé 50 ans, la prévoyance devient un sujet important

Celui qui souhaite jouir de sa retraite également d’un point de vue financier, devrait dresser un premier bilan vers la cinquantaine et mettre sa prévoyance au banc d’essai.
BackToTop