Prévoyance professionnelle: où est le vrai problème?

Prévoyance professionnelle pour ses collaborateurs

Prévoyance professionnelle: où est le vrai problème?

Chaque chef de PME sait que la prévoyance professionnelle est l’élément essentiel de la prévoyance vieillesse et de la couverture de risques pour ses collaborateurs. En même temps, le système est de plus en plus sous pression et la confiance placée dans le deuxième pilier diminue. Toutes les tentatives de réforme ont pour l’instant échoué. Mais où est le véritable problème?
Nous analysons trois mythes concernant la prévoyance professionnelle et nous les mettons au banc d’essai:

Mythe n°1: nous vivons tous trop longtemps – c’est pourquoi l’argent ne suffit plus

Bien sûr, il est important que le capital épargné soit suffisant pendant 10 ou 20 ans après le départ à la retraite. Mais le problème actuel majeur du deuxième pilier est différent. Cela fait déjà plusieurs années que les promesses d’intérêts du passé ne correspondent plus à la réalité. Un taux d’intérêt technique de 3,5% environ est à la base d’un taux de conversion de 6% par exemple. Si ce rendement n’est pas réalisé chaque année, il y a une redistribution des assurés actifs, donc des actifs actuels, vers les retraités. Dans les faits, ce transfert a lieu depuis des années.

Le deuxième problème provient du fait que de nombreuses PME ne veillent pas ou pas suffisamment aux placements en matière de prévoyance professionnelle. Avec une stratégie de placement adaptée à l’entreprise, il est possible de générer des rendements supplémentaires conséquents. Cela permet de garantir que les assurés actifs bénéficient pleinement du rendement des placements. Si la valeur temps est souvent décrite comme étant le «troisième cotisant», ce n’est pas sans raison. C’est pourquoi il est essentiel que les entrepreneurs misent sur une stratégie de placement adaptée à leur entreprise lors du choix de la solution LPP.
À cela s’ajoute le fait que les entreprises responsables dont les prestations de la prévoyance professionnelle sont souvent supérieures à la moyenne cofinancent des placements qui permettent d’assurer uniquement des prestations conformes au minimum LPP.

Mythe n°2: avec les taux d’intérêts actuels, il n’est de toute façon plus possible d’obtenir un rendement

Au vu des conditions règlementaires et des garanties élevées dans la LPP avec le taux de conversion et le taux minimum, les institutions de prévoyance ont réellement de grandes difficultés pour obtenir un rendement attractif. En effet, ce rendement est toujours lié à un certain risque qu’une caisse de pension ne peut prendre que si elle dispose d’un rapport attractif entre actifs et retraités.

À l’heure actuelle, les assurés actifs sont en réalité privés trois fois d’argent de façon involontaire.

  • Les restrictions lors du placement et la prise en considération insuffisante de la capacité de risque diminuent la performance et donc le futur capital de la caisse de pension.
  • En outre, selon les calculs du conseiller de la caisse de pension Complementa, les actifs n’ont obtenu que 20% des intérêts ou de la performance des placements en 2019, le reste a alimenté les réserves ou a été utilisé pour financer les pertes sur les retraites ou la redistribution.
  • Et comme les revenus courants ne sont pas crédités en continu, le capital croît plus lentement et génère de futurs rendements plus faibles.

Or, il serait encore possible de générer des rendements dans la prévoyance professionnelle si les fonds étaient placés de façon stratégique de façon à pouvoir exploiter le potentiel des propres économies. Il serait également souhaitable que les retraités puissent bénéficier des succès des placements réalisés par leur avoir en épargne après leur départ à la retraite. Il est possible de réaliser cet objectif pendant la retraite grâce à une rente de base garantie plus des paiements de bonus issus du rendement des placements.
Ainsi, les assurés actifs ne sont pas privés de rendements et les retraités n’abandonnent pas leur potentiel de rendements au moment où leur capital est le plus important, mais ils peuvent continuer à profiter de la performance de leur capital vieillesse.

Mythe n°3: seul le taux de conversion détermine le montant de la retraite

Bien sûr, le taux de conversion a un impact sur le montant de la retraite dans la prévoyance professionnelle. Si nous nous imaginons le capital vieillesse comme un gâteau, le taux de conversion correspond au nombre de parts du gâteau. Plus je coupe de parts, plus les parts sont petites, à l’image de la rente vieillesse annuelle. Néanmoins, c’est la taille du gâteau qui est plus importante – le capital vieillesse. Les parts de gâteau découpées sont plus grosses lorsqu’il s’agit d’un gâteau XXL que lorsqu’il s’agit d’un mini-cake. De plus, un capital plus élevé favorise l’effet des intérêts composés. C’est pourquoi le placement des fonds de l’institution de prévoyance revêt une grande importance: seul un bon rendement offre la possibilité de prestations généreuses au-delà de la redistribution au détriment de l’avenir.

Vita Invest – une alternative intéressante depuis 2020

Avec la nouvelle offre de la prévoyance professionnelle Vita, nous relevons de façon proactive les défis actuels du deuxième pilier grâce à une alternative à la répartition actuelle. Avec Vita Invest, nous proposons une option offrant davantage de durabilité dans la prévoyance professionnelle. Notre produit et notre concept sont uniques: il n’y a plus de financements croisés grâce à Autoinvestment et la stratégie de placement est toujours efficace. Par ailleurs, le modèle de retraite combine une rente de base et une part variable. Il n’y a donc plus de redistribution au détriment des actifs actuels. En même temps, les retraités disposent d’un capital vieillesse nettement supérieur lorsqu’ils partent à la retraite et ils peuvent en plus s’attendre à une retraite globale élevée et ainsi maximiser leur revenu à la retraite.

Plus d'articles

femme d'affaires de bureau

Optimiser ses revenus à la retraite

Pour bénéficier de prestations de vieillesse maximales, la Fondation collective Vita Invest a développé un nouveau produit.
Partenaires d'affaires discutant

C’est pourquoi les entreprises misent sur Vita Invest

Une rente de base garantie avec une partie complémentaire variable: Vita Invest met à profit sa marge de manoeuvre financière pour établir de nouveaux standards comme aucune autre fondation collective en Suisse.
Propriétaire de l'entreprise au bureau

Pour les PME: la bonne prévoyance au bon moment

Quel est l’âge de votre entreprise? Êtes-vous une start-up pleine d’espoir ou une structure de longue tradition? Découvrez la solution de prévoyance la mieux adaptée à votre situation personnelle.