Le fair-play en matière de prévoyance professionnelle

Retour à l'aperçu

Le fair-play en matière de prévoyance professionnelle

Pour le deuxième pilier, Vita et Zurich proposent aux PME différents modèles qui optimisent les possibilités de placement et réduisent l’ampleur des redistributions non voulues, voire les excluent.
Le fair-play en matière de prévoyance professionnelle
Le secteur de la prévoyance professionnelle évolue fortement: la part des retraités dans le nombre total d’assurés ne cesse de croître, l’espérance de vie a augmenté et les taux d’intérêt sont historiquement bas. En outre, de nombreuses institutions de prévoyance sont contraintes d’adopter des stratégies de placement très prudentes en raison des garanties accordées aux retraités, qui n’offrent pas un potentiel d’épargne optimal pour les assurés actifs. Tous ces éléments ont des conséquences pour les employés en Suisse. «Votre avoir de vieillesse augmente moins qu’avant et doit durer plus longtemps après le départ en retraite», explique Sandro Meyer, Head of Life et membre du Comité directeur de Zurich Suisse. «Pour beaucoup de gens, l’avoir de vieillesse est la part de patrimoine la plus importante.»

Votre avoir de vieillesse augmente moins qu’avant et doit durer plus longtemps après le départ en retraite.


Sandro Meyer, Head of Life et membre du Comité directeur de Zurich Suisse
Pour pouvoir financer les retraites du deuxième pilier, les institutions de prévoyance doivent redistribuer l’argent – des assurés actifs aux retraités. Les assurés et les entreprises n’épargnent donc plus seulement pour eux-mêmes, comme le prévoit le deuxième pilier, mais financent aussi malgré eux d’autres personnes. Cette redistribution a fait l’objet d’une grande attention, mais plusieurs projets de réforme de la Confédération ont échoué dans les urnes.

Une solution adaptée à chaque PME


Le Parlement réexamine actuellement une réforme des deux piliers. «En attendant qu’une solution majoritaire soit trouvée, Vita et Zurich utilisent la marge de manœuvre légale pour proposer, grâce à plusieurs innovations, la meilleure prévoyance possible», souligne Sandro Meyer. Les quatre fondations collectives Vita, Zurich et Zurich Invest AG (ZIAG) s’engagent pour plus de «fair-play en matière de prévoyance professionnelle». Ensemble, elles veillent à ce que la responsabilité personnelle et la performance soient payantes pour les entreprises et à garantir aux assurés une solution de prévoyance pérenne.

Vita et Zurich donnent des précisions sur la redistribution et fournissent des bases de décision transparentes pour une solution de prévoyance optimale. Elles offrent des stratégies de placement aptes à accroître la valeur du capital vieillesse et proposent des solutions de prévoyance garantissant que la majeure partie du revenu de placement revient à l’assuré et n’est pas utilisée à des fins de redistribution. Chaque PME trouve dans les quatre fondations collectives Vita la solution adaptée à sa propre prévoyance.

Vita Classic: un modèle de prévoyance optimisé


Vita Classic a développé son modèle de prévoyance efficace pour 2021: un nouveau système composé d’un taux d’intérêt de base et d’un taux d’intérêt additionnel remplace le modèle précédent. La nouveauté, c’est la participation anticipée. Comme précédemment, le taux de base correspond au taux d’intérêt minimum légal LPP. Le taux d’intérêt additionnel dépend désormais du montant et de l’évolution du degré de couverture, ainsi que du nombre d’années d’affiliation de l’entreprise à la fondation collective. Grâce à une stratégie de placement très diversifiée, Vita peut générer des rendements stables à long terme. En 2020, Vita Classic a affiché un rendement de placement supérieur à la moyenne de 5,54 pour cent.

Le taux de conversion enveloppant passera de 5,9 pour cent aujourd’hui à 5,7 pour cent en 2023. «Enveloppant» signifie que le taux s’applique à la part obligatoire et à la part surobligatoire. Vita Classic ajuste le taux d’intérêt technique aux conditions du marché. Ces deux mesures sont synonymes de fair-play, car elles réduisent la redistribution au profit des actifs.

Afin d’offrir des prestations adaptées à toutes les PME, les plans de prévoyance Vita Classic sont conçus de manière flexible: les entreprises ont ainsi la possibilité d’adapter la déduction de coordination au taux de temps partiel ou de l’exclure totalement. Cette marge de manœuvre leur permet de soutenir les formes modernes de travail et de famille. En effet, avec une déduction de coordination fixe, les employés à temps partiel épargnent un pourcentage de salaire plus faible pour la prévoyance que ceux qui sont à temps plein. De plus, les entreprises peuvent leur proposer plus de souplesse dans le choix des cotisations d’épargne grâce à un régime d’épargne optionnel.

La fondation collective Vita offre une grande flexibilité aux employés qui souhaitent prendre une retraite anticipée ou partielle, ou désirent reporter leur retraite. Elle propose également des incitations intéressantes aux employés qui souhaitent continuer à travailler au-delà de l’âge ordinaire de la retraite: d’une part, ils perçoivent des pensions plus élevées grâce à un taux de conversion plus élevé. D’autre part, Vita Classic leur garantit une certaine flexibilité dans leurs cotisations d’épargne, qui peuvent être maintenues en cas de report de la retraite. Cela permet de continuer à accroître l’avoir de vieillesse.

Vita Invest: une rente variable pour des opportunités de gain maximisées


L’offre Vita Invest exclut toute redistribution. La fondation renonce depuis 2019 aux garanties de taux d’intérêt excessives pour les rentes de vieillesse. La rente de vieillesse comprend une rente de base garantie et une participation directe des retraités à la réussite du placement. Chaque entreprise a son propre bilan de prévoyance et une stratégie de placement spécifique adaptée à sa capacité de risque. Les revenus de placement sont ainsi optimisés et uniquement versés aux employés de l’entreprise concernée. C’est ça le fair-play en matière de prévoyance.

La nouvelle solution Vita Invest a déjà obtenu des résultats remarquables: pour 2020, la fondation a pu rémunérer l’avoir de vieillesse des assurés à un taux compris entre 1,75  et 6,5 pour cent – selon la stratégie de placement des entreprises assurées. Ces taux sont nettement supérieurs au taux d’intérêt minimum légal de 1 pour cent.

Une enquête représentative réalisée par l’institut de recherche Sotomo pour le compte de Zurich et Vita révèle qu’environ 36 pour cent des salariés suisses sont ouverts à des modèles à rentes variables optimisées, c’est-à-dire à des modèles comparables à Vita Invest. «Vita et Zurich démontrent avec cette innovation qu’elles sont plus à l’écoute de la population que beaucoup d’autres prestataires», explique Sandro Meyer.

Vita et Zurich démontrent avec cette innovation qu’elles sont plus à l’écoute de la population que beaucoup d’autres prestataires.


Sandro Meyer, Head of Life et membre du Comité directeur de Zurich Suisse

Taux de conversion: pas l’unique élément décisif


Conclusion intéressante: le modèle de Vita Invest montre que le taux de conversion est souvent surévalué dans le débat public actuel. En effet, un taux de conversion plus faible n’entraîne pas forcément des rentes futures plus basses. Au contraire, un taux adapté à l’espérance de vie réelle et à la situation des taux d’intérêt peut garantir une croissance optimale de l’avoir de vieillesse au lieu de la baisse actuelle due à la redistribution ou à des placements inefficaces.

Vita Plus: pour les entreprises qui veulent mieux assurer leurs cadres


Vita Plus vient compléter la prévoyance obligatoire et s’adresse aux entreprises de toutes branches. Le produit propose des prestations de risque supplémentaires (capital-décès ou prestation d’invalidité) et offre des possibilités d’épargne supplémentaires aux cadres.

Vita Select: pour les entreprises qui souhaitent laisser leurs employés cadres déterminer eux-mêmes la stratégie de placement


Vita Select offre aux employés assurés disposant d’un salaire annuel égal ou supérieur à 129'060 francs suisses de nombreuses possibilités. Ils définissent leur stratégie de placement et le montant de leurs cotisations d’épargne individuelles. Ils peuvent ainsi choisir une solution de prévoyance adaptée à leur situation personnelle.

Études prévoyance de Zurich et Vita

Pour permettre aux clients et au public de mieux comprendre le deuxième pilier, Zurich et Vita ont commandé deux études scientifiques en 2020.

Dans l’étude «Prévoyance professionnelle en Suisse – Que vaut un franc épargné?», des experts de l’Université de Saint-Gall examinent les avantages que peuvent escompter les épargnants d’aujourd’hui de la prévoyance professionnelle. Deux effets y sont pris en compte: la redistribution des assurés actifs aux retraités ainsi que la performance du capital investi. L’étude présente dans la première partie l’effet redistributif et analyse dans la deuxième l’impact de la décision de placement sur la répartition du capital final et répond à la question du rendement attendu d’un franc épargné selon la stratégie de placement.

Dans le cadre d’une étude de marché, l’institut de recherche Sotomo a évalué l’état des connaissances de la population suisse sur le 2e pilier de manière générale, et sur la redistribution. L’enquête représentative intitulée «Enquête sur l’état des connaissances sur le 2e pilier et la question de la redistribution» compare différents groupes d’âge et leur situation économique.

Ces deux études seront disponibles sur vita.ch dans les semaines à venir.

Pour plus d’informations, consultez vita.ch/fairplay ainsi que Workplace et les réseaux sociaux:

Zurich PME Magazine No.1 / 2021

ZURICH Magazine

Souhaitez-vous en savoir plus sur une grande quantité de thèmes importants pour vous-même et votre entreprise? Nous vous informons volontiers des services exceptionnels et des solutions d’assurance novatrices dans le nouveau magazine Zurich.

Conseil en prévoyance

Nous serons ravis de vous présenter comment planifier progressivement et à temps votre retraite à l'aide d'une analyse de prévoyance individuelle afin que vous puissez profiter avec sérénité de la troisième phase de votre vie.

En savoir plus

Articles apparentés

Équité plutôt que redistribution dans le deuxième pilier

Équité plutôt que redistribution dans le deuxième pilier. Partie 1: Qu’est-ce que l’équité?

Récemment, le débat sur l'équité des régimes de la prévoyance professionnelle s'est intensifié. Pourquoi en est-il ainsi? Et que signifie l'équité dans ce contexte?
Équité plutôt que redistribution dans le deuxième pilier

Équité plutôt que redistribution dans le deuxième pilier. Partie 2: Pourquoi la prévoyance professionnelle est-elle déstabilisée?

La redistribution n'est pas prévue dans la prévoyance professionnelle - mais elle a lieu. Quelles en sont les raisons et quels en sont les effets?
Prévoyance professionnelle pour ses collaborateurs

Prévoyance professionnelle: où est le vrai problème?

Chaque chef de PME sait que la prévoyance professionnelle est l’élément essentiel de la prévoyance vieillesse et de la couverture de risques pour ses collaborateurs. En même temps, le système est de plus en plus sous pression et la confiance placée dans le deuxième pilier diminue. Mais où est le véritable problème?