Vita Classic - Rapport sur les placements, 30 juin 2018

Vita Classic - Rapport sur les placements, 30 juin 2018

Les incertitudes géopolitiques ont agité les marchés financiers au cours du second trimestre. Le trimestre de référence a bien démarré. Toutefois, la performance a perdu du terrain au cours de celui-ci. Au final, un petit rendement positif de 0,13% pour cent s’est dégagé.

Marchés financiers

L’instauration de sanctions douanières par les États-Unis ainsi que l’évolution politique en Italie ont pesé sur la confiance des investisseurs au deuxième trimestre. Pourtant, l’économie mondiale a continué de progresser à un bon rythme.

Fin mai, le gouvernement Trump a décidé d’imposer des barrières douanières à la Chine, à l’Union européenne, au Canada et au Mexique. Un taux de 25% était prélevé sur les livraisons d’acier et de 10% sur les livraisons d’aluminium. Le président des États-Unis Donald Trump a justifié ces mesures protectionnistes par la défense de la «sécurité nationale». Les pays concernés ont alors menacé de prendre des mesures de rétorsion contre les États-Unis. Malgré ce conflit commercial, la dynamique économique américaine s’est maintenue à un niveau élevé. Les indices des directeurs d'achat ont confirmé un environnement commercial toujours aussi positif et le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis avril 2000. Au vu de la forte activité économique et de la lente reprise de l’inflation, la Réserve fédérale américaine a relevé le taux directeur de 1,75 à 2% et envisagé deux autres augmentations pour cette année.

Dans la zone euro, l’Italie a été confrontée à une crise politique après que le président Sergio Mattarella a opposé son véto à l’alliance e

ntre le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue qui souhaitait nommer un candidat eurosceptique au poste de ministre des finances. Même s’il a finalement été possible de trouver un compromis à ce poste, les marchés européens des actions se sont retrouvés sous pression. Au deuxième trimestre, la dynamique économique au sein de la zone euro s’est mise à stagner. Pourtant, différents indicateurs économiques prévoient une bonne croissance. Dans ce contexte, la BCE a annoncé une réduction des rachats de titres au second semestre. Mais, en parallèle, elle a assuré qu’il valait mieux encore attendre un an avant d’augmenter les taux d’intérêt.

Les données économiques de la Suisse étaient toujours aussi stables. Le secteur manufacturier était toujours en plein boom et la situation sur le marché du travail s’est améliorée, ce qui a soutenu la dynamique de la conjoncture intérieure. Conformément aux attentes, dans le cadre de sa séance trimestrielle, la BNS a conservé sa politique monétaire. La Banque centrale a de nouveau souligné que le franc suisse était surévalué et que les taux d’intérêt négatifs ainsi que la possibilité d’intervention étaient nécessaires aux marchés des changes afin de protéger le redressement.

Rendement du portefeuille (deuxième trimestre)

Le trimestre de référence a bien débuté, mais la performance a dû ensuite essuyer des pertes de sorte qu'il ne reste qu'un faible rendement positif de 0,13 pour cent.

Rapport des placements de la Fondation collective Vita 30 juin 2018