Vita Classic - Rapport sur les placements, 31decembre 2017

Vita Classic - Rapport sur les placements, 31 decembre 2017

La dynamique de forte croissance économique mondiale se maintient. Le portefeuille enregistre en 2017 une performance de 6,76%.

Marchés financiers

La tendance de l'économie mondiale s'est confirmée au quatrième trimestre. La production connaît un nouvel essor dans de nombreuses régions. Parallèlement, le redressement des dépenses d'investissement a posé la base d'une croissance plus stable pour les exportations et pour le commerce mondial. Cela inscrit la croissance dans une certaine pérennité. Étant donné l'évolution modérée de l'inflation, les banques centrales continuent à inciter les banques commerciales à se fournir en capitaux à bas prix. La Réserve fédérale américaine, qui a relevé ses taux directeurs au mois de décembre, constitue l'exception la plus importante.

Aux États-Unis, le commerce et la consommation sont au plus haut depuis de nombreuses années. Le secteur des services a connu un fort développement, comme lors du trimestre précédent. Ainsi, l'indice des directeurs d'achat pour l'industrie manufacturière a enregistré sa valeur la plus haute depuis 2005. L'arrivée des commandes est le principal signe de maintien de l'activité, alors que les composantes de l'activité promettaient un bel avenir au marché du travail. Au mois de novembre, le taux de chômage était de 4,1 pour cent, soit son niveau le plus bas depuis 2000. La FED a relevé ses taux directeurs à la fin du trimestre, confirmant ainsi l'amélioration des perspectives économiques et la hausse de l'inflation.

La croissance économique supérieure à la moyenne s'est poursuivie dans la zone euro. L'indice des directeurs d'achat de l'industrie manufacturière de la zone euro enregistre de nouveaux records. Cela signifie que les entreprises évaluent toujours positivement l'évolution économique. Les réceptions de commandes dans les entreprises sont elles aussi à leur plus haut niveau depuis cinq ans, ce qui signale une dynamique économique toujours solide. En Allemagne, l'incertitude quant à la situation politique n'a pas eu d'effets sur le climat des affaires des entreprises allemandes.  L'annonce de la BCE de poursuivre son programme de rachat d'obligations (programme QE) pendant l'année 2018 signifie que l'économie de la zone euro sera encore stimulée, ce qui entretient la croissance et l'inflation.

L'économie suisse a envoyé des signaux mitigés. Les investissements et le commerce extérieur connaissent une forte évolution. Dans le même temps, la consommation des ménages augmente légèrement. Diverses enquêtes laissent présager la poursuite d'une forte dynamique de croissance. L'indice des directeurs d'achat a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. Les réceptions de commandes sont restées stables, l'indice KOF a augmenté en novembre pour le troisième mois consécutif. La confiance des investisseurs s'est améliorée par rapport au trimestre précédent. Et pourtant, l'économie est en déséquilibre. Ainsi, la force des exportateurs qui profitent de la stabilité de la demande et de la faiblesse du franc suisse est partiellement annulée par les faibles dépenses des ménages et par la charge que représente le recul du bâtiment. Compte tenu de ces données majoritairement positives, la BNS maintient sa politique monétaire.

Performance du portefeuille (4e trimestre 2017)

Les trois derniers mois de l'année 2017 ont été un bon trimestre pour la Fondation collective Vita. Le mois d'octobre avec 1,43 pour cent, a le plus fortement contribué à la performance de 1,99 pour cent. Les deux derniers mois de l'année 2017 ont également enregistré une performance positive avec respectivement 0,07 pour cent et 0,48 pour cent.

Rendement du portefeuille (2017)

Considéré sur toute l'année 2017, le portefeuille de Vita a réalisé un rendement de 6,76 pour cent, dont 5,30 pour cent proviennent essentiellement des actions, qui réalisent une performance de 21,24 pour cent. La fourchette oscille entre 14,27 pour cent pour les actions Europe et 27,81 pour cent pour celles des économies émergentes. Les autres catégories de placement se présentent différemment mais affichent une performance positive. Vient en premier l'immobilier avec une performance de 5,53 pour cent, suivi des placements alternatifs (2,27 pour cent), des obligations (2,11 pour cent) et des hypothèques (1,71 pour cent).


Rapport sur les placements, 31 decembre 2017